Accueil > Divers > L’EDC d’un technicien informatique réseaux et serveurs
400 visites

L’EDC d’un technicien informatique réseaux et serveurs

mardi 1er mars 2016

Version imprimable de cet article Version imprimable

Ceci est l’EDC d’un technicien réseaux et serveurs, aux fonctions itinérantes car intervenant sur plusieurs sites en région urbaine. Cela peut donner des idées mais ce n’est pas une référence absolue.
C’est un EDC dédié à un usage professionnel particulier, dans un cadre professionnel.
Ce n’est pas un EDC personnel pour la vie de tous les jours, pour aller faire les courses....

Il y a plus qu’une simple "boîte à outils", on peut donc considérer qu’il s’agit d’un EDC.

Selon la page wikipedia :

Every Day Carry (ou Everyday carry ou EDC ou E.D.C) désigne tous les objets que l’on porte en permanence sur soi.

Chaque EDC est différent, il est fonction des besoins, des priorités et de l’environnement de chaque individu.

Quelles sont les missions d’un service réseau, et les besoins/contraintes associés ?

  • Gestion du réseau
    • correspondant du réseau longue distance pour les prestataires comme SFR Business Team/OBS, .... Commande/upgrade/suppression/supervision des accès WAN en fonction des besoins.
      • il peut par conséquent être utile de retrouver aisément les informations des contacts SFR... et du site (Numéro identifiant, adresse...) dans une doc de site bien organisée
    • gestion des réseaux locaux. Installation, supervision, dépannage des commutateurs.
      • Afin d’installer physiquement les équipements, il faut de l’outillage : tournevis plat/cruciforme, éventuellement pince pour tenir les écrous cage, lames pour ouvrir les cartons...
      • Par ailleurs, l’utilisation d’outils entraîne un risque de se blesser, risque qui sera géré en mettant des équipements de protection, en l’occurrence des gants
      • Quand à la gestion "logicielle" des équipements, un câble USB-série-RJ est requis pour se connecter au port console, via un HyperTerminal, et un câble réseau sera nécessaire pour transférer des fichiers par TFTP ou se connecter en SSH
    • visites de sites (réunions de chantiers, préparation de déménagements …)
      • Il faut pouvoir prendre note des éléments gênants, des contraintes et autres informations. Des prises de vue sur site permettront ensuite de mieux visualiser le problème ou l’information (suivre passage de câble), et seront autant d’éléments de preuve d’un état à améliorer.
      • Par exemple, certains locaux sont susceptibles d’être peu ou pas éclairés, il peut donc s’avérer utile d’emporter une lampe
  • Serveurs
    • exploitation des serveurs. Installation, dépannages. Correspondant pour les services d’exploitation
      • pareillement, un minimum d’outillage sera requis. Pour certain constructeurs, il faudra un tournevis Torx, avec éventuellement un prolongateur pour accéder aux vis comme par exemple sur les anciens serveurs HP Itanium.
    • exploitation des serveurs locaux Linux et Windows
    • gestion des habilitations aux espaces partagés
    • gestion / supervision des dispositifs de sauvegardes associés
  • Assistance
    • 2ème niveau d’assistance pour les services micro informatiques locaux (en charge des PCs, imprimantes...), l’Assistance Téléphonique et plus généralement par les partenaires définis dans les conventions de services.
      • La résolution d’incident réseau passera par un diagnostic à partir d’outils réseau

Ces missions étant itinérantes, 2 besoins/contraintes viennent s’ajouter à cette liste :

  • rester joignable et pouvoir contacter un correspondant (gestionnaire de site, SFR/OBS...) en déplacement
  • missions itinérantes, en environnement urbain dense, pouvant rendre l’utilisation d’un véhicule de service complexe (circulation, stationnement...), et donc déplacement sans véhicule, impliquant une limite de poids/encombrement

Selon les missions et l’environnement, on peut par conséquent prévoir :

  • dans les poches :
    • une mini clé USB (4 ou 6 Go suffisent amplement) avec un système live Linux
    • une carte d’identité ou carte professionnelle, badges divers (pour accès aux sites) et pourquoi pas une loupe fresnel souple au format carte de crédit (pour voir les numéros de série écrit en tout petit par exemple)
    • un téléphone portable
    • calepin et crayons - pour noter les informations sur un correspondant SFR par exemple
  • dans un sac à dos :
    • un pc portable (avec une souris et un câble antivol pc) disposant des logiciels utiles aux missions de support réseau :
      • Wireshark, existant sous Windows aussi bien que sous Linux, pour l’analyse de trames réseaux, permet par exemple de comprendre pourquoi un site a sa bande passante surchargée
      • un Hyper-terminal sous Windows ou son équivalent Linux GTKTerm, et serveur TFTP pour se connecter directement aux switches et transférer des fichiers de configuration/firmware
      • l’émulateur terminal Linux putty sous Windows ou SSH sous Linux
      • divers outils réseaux : ping, traceroute, scan de port... avec des outils comme SuperScan sous Windows, ou les outils réseaux de Linux.
      • de la documentation de site et documentation technique sur les procédures à suivre
    • un câble USB-série-RJ pour se connecter directement au port console des switches, en utilisant ensuite l’Hyper-terminal/GTKTerm
    • un câble réseau RJ45 - si possible rétractable, moins encombrant - pour se connecter au réseau ou plus simplement pour transférer des fichiers de configuration/firmware à un switch
    • un chargeur pour téléphone portable, un câble pour transférer les données (photos de site...)
    • éventuellement une batterie externe ET/OU un chargeur à dynamo pour une plus grande autonomie
    • un multi-tool (avec pince, tournevis, lames, ciseaux..), nettement moins encombrant qu’une boîte à outils. Exemple : Leatherman. de préférence à embouts
      • un prolongateur (porte embout long) et différents embouts (Torx...) pour le multi-tool
      • éventuellement, dans l’étui du multi-tool, une mini lampe et une ou plusieurs piles
    • en remplacement ou complément de la mini lampe, une petite lampe frontale (si possible à dynamo) pour garder les mains libres.
    • des gants (petits gants d’électronique, pas des gros gants de jardinage)
      • il arrive en effet de se blesser - de manière bénigne - en manipulant dans les baies de brassage et les serveurs, avec un métal mal ébarbé, en prenant un coup de tournevis qui rippe, etc.
      • il pourra donc être utile d’avoir une trousse de secours - son encombrement est plus facile à gérer pour ceux qui se déplacent en vélo ou en voiture.
    • du papier (blanc + quadrillé) dans une pochette cartonnée, des crayons (de bois et bic 4 couleurs)
    • un parapluie pliant
    • selon la saison et la région, des gants, un bonnet, une écharpe, des lunettes soleil, un chapeau...
    • un ou des paquets de mouchoir.
    • éventuellement une bouteille d’eau et des barres céréales/protéinées - en cas de souci de transport métro/RER par exemple, ou de fatigue pour les vélotaffeurs, ou d’intempéries qui perturberaient les transports.
    • si besoin, des plans, utile en cas de travaux ou autre déviation.
    • savon - hydroalcoolique ou normal - en pochette(s), feuilles, ou échantillons
    • papier toilette [1]
    • éventuellement couverts pliants (fourchette/couteau/cuillère), serviette, gobelet pliant - en cas d’intervention sur un site entre 12h et 14h et sans possibilité d’accéder à une cantine
    • un sac plastique ou plus solide (de type sac de courses) - pour amener ou ramener des anciens équipements, des câbles...

Dans les faits, on n’aura pas - du moins à titre professionnel et dans des conditions climatiques normales - l’usage d’un briquet, d’un sifflet, miroir, de fil de fer électrique, paracorde ou ficelle

Pour le transport, certains se déplaçant à vélo au sein de la ville, ce qui est parfois plus rapide et plus fiable que les transports en commun :

  • le vélo - de préférence pliant pour ne pas avoir à le laisser dehors où il pourrait être volé/dégradé
    • avec des phares à dynamo avant/arrière
    • un ou deux rétroviseurs - insertion dans le trafic et meilleure visualisation des véhicules qui pourraient dépasser
    • un antivol solide, comme les antivols en U
  • en équipement du cycliste :
    • un pantalon de pluie
    • une bombe anti crevaison
    • le casque n’est pas obligatoire, il est juste indispensable
    • pour les trajets lorsque le soleil n’est pas encore complètement levé/commence à se coucher, une housse de sac réfléchissante, des pinces pantalon et brassards réfléchissants
    • un kit 1er soins - c’est relativement encombrant sur soi, mais dans la voiture ou un vélo non, et peut s’avérer utile
      • selon le cas, juste de la bobologie ou un vrai "trauma kit"
    • de même une bouteille d’eau pourra facilement être emportée dans un bagage de vélo, car il faut se réhydrater après un effort.

Les équipes de province, devant se déplacer essentiellement en voiture, pourront aisément, en plus de "l’outillage habituel", embarquer dans leur véhicule une trousse de secours (davantage de type "trauma kit" que simplement de la bobologie), voire même un petit extincteur, lesquels pourront faire la différence en cas d’accident routier.
En effet, d’après l’observatoire national interministériel de la sécurité routière, il y a eu 56 109 accidents corporels en 2015, faisant 3 464 tués et 70 442 blessés dont 26 143 hospitalisés.
Voir également cet article wikipedia concernant les premiers secours en cas d’accident routier, et listant le risque d’incendie comme deuxième danger.

Par ailleurs, avant tout déplacement, il conviendra de s’informer des prévisions météorologiques et des conditions de circulation.

Notes

[1il y a eu des cas de sites ayant des difficultés d’approvisionnement

Répondre à cet article

Total 121372 visites depuis 2149 jours | Site réalisé par Vader[FR] | SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | contact mail